Valérie Pécresse : « Augmenter les tarifs des transports, c’est injustifiable »

INTERVIEW – Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP au conseil régional d’Ile-de-France, dénonce la hausse des tarifs de 2,9% sans contrepartie pour les usagers dans les transports franciliens au 1er janvier 2013, information révélée par Metro.

Le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) se prononce jeudi sur une nouvelle augmentation des tarifs de 2,9%. Vous comptez vous y opposer…

Les hausses de tarifs sont justifiables quand il y a une amélioration de la qualité des transports, ce qui n’est pas le cas. C’est la cinquième hausse depuis 2010, ce qui représente 15% sur deux ans pour la zone 1-2. D’ici à 2020, la gauche prévoit même une hausse de 25% des tarifs, ce qui portera le passe Navigo mensuel à 80 euros en zone 1-2 ! En outre, augmenter les tarifs en grande couronne, où rien n’a été fait pour les transports, c’est injustifiable.

Jean-Paul Huchon, président PS du Stif, indique pourtant que la région n’a jamais autant investi pour l’amélioration des transports…

Jean-Paul Huchon ne veut pas faire d’économies sur le budget de fonctionnement au conseil régional et du coup, il ne finance plus les urgences. Or la principale urgence, ce sont les transports. Cette année, près de 51 millions d’euros des recettes fiscales qui lui ont été confiées dans le cadre du Grand Paris ne seront pas réinvesties dans les transports. Sur deux ans, cela fait 84 millions d’euros détournés au détriment de la rénovation des transports. C’est une trahison du pacte passé avec les Franciliens. En outre, depuis 2008, le Stif a inscrit à son budget près de 400 millions d’euros d’investissements qu’il n’a finalement pas utilisés. Cela représente presque 40 nouvelles rames de RER. Aujourd’hui la priorité pour les Franciliens est celle d’une nouvelle offre de transports, de nouvelles rames, de nouvelles lignes.

La Région ne vient-elle pas d’obtenir des députés de nouvelles recettes pour moderniser les transports ?

Nous venons de voter l’augmentation du versement transports des entreprises, mais à condition que cela serve à financer le Grand Paris ! Encore une fois, nous avons 84 millions de nouvelles recettes qui n’ont pas été affectées aux transports et Jean-Paul Huchon nous explique qu’il veut davantage de taxes ? Tout est bon pour récupérer des recettes. Il faut maintenant qu’il respecte ses engagements.

Le métro en rocade Grand Paris Express coûterait 30 milliards d’euros selon les dernières estimations, soit 10 milliards de plus que prévu initialement. Ce projet est-il encore viable ?

Le projet a probablement été sous-évalué. Le montant de 10 milliards supplémentaires évoqué par Jean-Paul Huchon me semble toutefois énorme, sans doute gonflé pour permettre de faire passer la pilule des retards qui vont être pris dans ce projet. Le Grand Paris n’est pas négociable, c’est le seul moyen pour que l’Ile-de-France reprenne le chemin de la croissance et de l’emploi et pour construire du logement en Ile-de-France. On a voté un schéma directeur régional qui prévoit 70.000 nouveaux logements et 28.000 emplois en plus par an. Or ce schéma ne tient que si le Grand Paris se fait. Si le Grand Paris ne se fait pas c’est l’asphyxie assurée en Ile-de-France.

Que vous inspire l’audit interne réalisé par le président UMP de la commission des Finances, Roger Karoutchi, critiquant la multiplication de structures parapubliques financées par la Région ?

Cela fait longtemps que nous dénonçons la trentaine d’organismes financés par l’exécutif régional. Nous demandons une baisse de 30 millions d’euros, soit 25% du budget affecté aux organismes satellites de la Région. Agence régionale du développement, Comité régional du tourisme, Airparif, Agence régionale de l’environnement… Chacun veut son poste de président, son chauffeur, ses frais de fonctionnement, ses secrétaires et ses collaborateurs. On empile et on doublonne tout. Est-il franchement impossible de supprimer certains de ces organismes ou de fusionner par exemple tous les observatoires de l’environnement. En période de crise, la majorité régionale impose des hausses de tarifs et d’impôts, je propose au contraire de faire des économies.

Retrouvez l’interview de Valérie Pécresse sur le site de Métro 

Leave a Comment