Suite à l’agression particulièrement violente du RER D en gare de Grigny le 16 mars dernier, Valérie Pécresse a souhaité se faire une idée du dispositif de lutte contre l’insécurité dans les transports mis en œuvre par la SNCF. Accompagnée de Bruno Beschizza, François Durovray, Denis Gabriel (conseillers régionaux) et Laurence Douvin (conseillère de Paris), la chef de file du groupe Mouvement Populaire à la Région a ainsi visité le 11 avril les locaux de la Sûreté Générale (SUGE) autrement dit la police des transports de la SNCF en Île-de-France. L’occasion de constater qu’à ce jour, tous les RER ne sont pas encore tous équipés de la vidéosurveillance. Lors de son déplacement, Valérie Pécresse a donc proposé de remédier à cette situation en dotant de caméras un wagon de chaque train d’ici la fin de l’année. Après avoir rejoint la Gare de Lyon, Valérie Pécresse a ensuite été accueillie au centre opérationnel de la ligne D du RER. Une visite riche d’enseignements puisqu’elle a permis de comprendre les difficultés quotidiennes rencontrées par les agents de la SNCF pour assurer l’exploitation normale de cette ligne de transport qui pâtit du niveau de régularité le plus mauvais d’Île-de-France.

Leave a Comment