En tant que Secrétaire général déléguée de l’UMP, je réserve toujours une attention toute particulière à nos candidats qui ont le courage de se présenter dans des communes où la gauche est particulièrement implantée. C’est mon devoir politique de les appuyer mais c’est surtout la conviction personnelle que le scrutin de 1983 peut trouver un écho en 2014. Certains se souviendront certainement que c’est à cette occasion que quelques communes « rouges » de la ceinture parisienne avaient basculés et dont la qualité de vie est aujourd’hui incomparable avec ce que l’on avait pu y connaître. Si les électeurs ne se laissent pas tromper par les dénonciations sans lendemain du Front National, le scénario pourrait bien se reproduire. Charge à nous de les convaincre.

 

 

Cette journée était donc placée sous le signe de la reconquête ! Je venais tout d’abord saluer le courage du jeune Pierre-Emmanuel Gibson, candidat à Béthune dans le Pas-de-Calais, et dont l’amour de sa ville transpire à chacun de ses propos. Au-delà des clivages partisans, on ne peut que louer l’énergie et les idées qu’il véhicule pour permettre aux jeunes béthunois d’obtenir les moyens pour être formés, travailler et vivre sans être contraint de quitter l’endroit qui les a vu grandir. A travers cette séquence puis la visite à Halluin dans le Nord d’une des toutes dernières entreprises travaillant le lin en France, j’ai pu une nouvelle fois mesurer l’écart entre la politique de François Hollande et les mesures nécessaires pour sauver l’activité économique et l’emploi. Cette journée bien remplie s’achevait à Tourcoing où j’animais avec Gérald Darmanin, benjamin de l’Assemblée Nationale, et Gustave Dassonville, notre candidat à Halluin, une grande réunion sur la fiscalité

Leave a Comment