Mercredi 27 novembre, j'ai répondu présente à l'invitation de Jean-Luc Roméro pour participer aux 19e Etats généraux des Elus Locaux Contre le Sida (ELCS). Sensibilisée très jeune à cette cause grâce à un oncle chercheur dans ce domaine, j'ai souhaité faire part de mon expérience en tant qu'ancienne ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Cela a été l'occasion de rappeler qu'un étudiant sur deux ne se protège pas et qu'il est impératif de développer les actions de prévention à leur encontre. En 2009, en collaboration avec l'association "Sortez couvert" parrainée par Christophe Dechavanne, j'avais fait installer des distributeurs de préservatifs à 20 centimes d'euros dans les universités et les résidences étudiantes. Mais comme l'a très justement fait remarquer un participant, la question de l'alcool et de ses excès peut être un frein à l'utilisation des préservatifs, même lorsque leur accès est facilité. Nous avons donc convenu qu'il fallait que les messages de prévention contre l'alcool, qui ciblent les accidents de la route et les viols, intègrent les risques liés aux maladies sexuellement transmissibles.
 
Invitée à parler de la situation des femmes atteintes du VIH, j'ai exprimé mon regret quant à l'absence d'études les concernant. Il est important que ces femmes soient davantage représentées dans les essais thérapeutiques afin que leurs spécificités physiologiques et biologiques soient mieux prises en compte.

Leave a Comment