La cause des femmes est un de mes moteurs en politique. J’ai œuvré pour la défendre depuis 10 ans par toute une série de décisions (protection des femmes victimes de violences, mixité des jurys de concours, nominations à des postes de responsabilités, etc.).

Je n’entends pas laisser confisquer ce sujet de l’égalité entre les sexes par la gauche.

Certes, le projet de loi du gouvernement comprenait certaines dispositions auxquelles je me suis farouchement opposée. Notamment celle concernant la réduction de la durée du congé parental : je crois d’ailleurs être la première voix de l’opposition a m’être élevée radicalement contre dès que le projet de loi a été connu (Cf. Article du Figaro joint).

Cette réduction risque de se traduire par une fragilisation de la situation de certaines mères obligées de rester à la maison sans statut et sans revenu dès lors que leur conjoint ne sera pas en mesure de les relayer.

Je déposerai dans les prochains jours une proposition de loi (PPL) visant à donner aux pères dont les professions sont incompatibles avec la prise d’un congé parental la possibilité de reporter sur la mère leur « part » de congé parental. Cette ppl comportera deux autres articles visant à permettre aux familles qui voient cesser brutalement leur congé parental au bout de 2 ans et demi que leurs enfants puissent être automatiquement accueillis soit en crèche, soit à l’école, même en cours d’année scolaire.

Je reprendrai ces mesures bien évidemment par voie d’amendement lors de l’examen du texte en 2ème lecture.

Mes valeurs et mon engagement en faveur de la politique familiale sont connus de tous mais je n’imagine pas que la défense de la famille soit incompatible avec l’égalité homme-femme, bien au contraire !

Leave a Comment