La nouvelle proposition de redécoupage des régions vous semble elle plus acceptable?
Je ne vois dans ce projet que de la précipitation sans aucune volonté réelle de simplification pourtant tant attendue par les Français. Si le gouvernement avait voulu faire des économies, ce n'est pas en fusionnant quelques régions mais en supprimant un échelon territorial qu'il aurait pu y parvenir. Or la suppression des départements est renvoyée à 2020 ! 
 
Est ce selon vous la seule arrière pensée politique du projet?
En vérité, ce projet n’est qu’un prétexte pour retarder les élections régionales et tenter d’éviter une nouvelle défaite après le succès des municipales. En les décalant de neuf mois, à décembre 2015, le gouvernement espère éviter un nouvel échec électoral et casser la dynamique de l’alternance née en mars dernier.
 
Quel défaut lui reprochez-vous essentiellement?
Les arrière-pensées politiciennes du Gouvernement l’ont empêché de construire une vraie réforme territoriale en simplifiant le millefeuille selon  un principe : une collectivité, une compétence, un impôt. La carte des régions improvisée sur un coin de table, non concertée avec les habitants, ne repose sur aucune logique économique, historique ou géographique.
 
Croyez vous vraiment que l'UMP qui  n'est pas en très grande forme non plus profite d'une dynamique aux prochaines régionales?
Je crois à la dynamique enclenchée par les  élus UMP de terrain qui ont remporté les municipales. C’est grâce à eux que nous construirons l’alternance dans les régions. En Ile-de-France il faudra tirer le bilan désastreux de 17 ans de mandats successifs de Jean-Paul Huchon, en matière de transport, d’emploi des jeunes, de logement…. A chaque fois que vous tripatouillez les élections, les électeurs ne sont pas dupes et savent vous sanctionner.
 
Propos recueillis par Martine Chevalet pour Le Parisien. 
 
 

Leave a Comment