Avec 20 à 30 départements remportés ce dimanche, les Français ont donné une très large victoire à la droite et au centre.

C’est particulièrement le cas en Ile-de-France où deux départements ont basculé à droite.

En Seine-et-Marne, qui était jusqu’ici dirigée par la gauche, la droite et le centre ont balayé l’ancienne majorité en remportant 19 cantons sur 23.

Plus symbolique encore, le fief historique du Premier ministre, l’Essonne, à gauche depuis 1998, est tombé. Il a donné une très large victoire à la droite et au centre avec plus de 70 % des cantons acquis à leurs candidats.

Partout en Ile-de-France, les forces de la droite et du centre ont largement progressé.

Elles ont été confortées là où elles étaient déjà majoritaires. Grâce à une stratégie d’alliance, elles ont fait le grand chelem dans les Yvelines en remportant 21 cantons sur 21. Elles ont aussi ont très largement renforcé leurs positions dans les Hauts-de-Seine (38 élus sur 46) et dans le Val d’Oise (32 élus sur 42).

La droite et le centre ont aussi fait un bond avant et fait tanguer les places fortes historiques de la gauche que sont le Val-de-Marne depuis 1976 (22 élus sur 50) et la Seine-Saint-Denis, à gauche depuis sa création en 1968 (18 élus sur 42).

Au final, c’est à un véritable basculement politique de l’Ile-de-France qu’on a assisté ce soir puisque la droite et le centre compte désormais 220 conseillers départementaux sur 310 (71 % des élus) contre 143 sur 297 (48 %) auparavant.

Cette très large victoire constitue une nouvelle sanction pour François Hollande et Manuel Valls dont les décisions ne cessent mois après mois de démontrer leur absence de résultats et de conduire notre pays dans le mur. Elle démontre la volonté des Français de changer de politique et de confier à la droite et au centre cette alternance, comme en témoigne le fait qu’aucun candidat du Front national n’ait été élu en Ile-de-France lors de ces élections.

La dynamique enclenchée lors des élections municipales de 2014, et amplifiée par les élections départementales, constitue enfin un formidable encouragement pour les prochaines échéances régionales. Elle place également notre famille politique face à une immense responsabilité : répondre au profond désarroi des Français et leur apporter des réponses à la hauteur de la confiance qu’ils placent en nous.

Leave a Comment