En lisant le livre « Bienvenue Place Beauvau » d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, j’ai été frappée de stupeur. En effet, il y a quelques mois, mon fils majeur a été contrôlé dans la rue pour des faits de consommation de cannabis. J’avais immédiatement réagi en affirmant que le respect de la loi s’imposait à mon fils, comme à chacun de nos concitoyens. Mais néanmoins, plusieurs éléments m’avaient intriguée : la très grande rapidité avec laquelle les informations le concernant ont fuité dans les rédactions en une heure à peine, la disproportion entre le traitement auquel il a eu droit (7 heures de garde à vue) et celui qui est habituellement d’usage pour de tels faits, ainsi que la demande faite au parquet de Versailles de perquisitionner à mon domicile, où mon fils étudiant ne résidait plus. Beaucoup de questions à l’époque étaient restées sans réponse.


A la lecture des pages de ce livre, j’apprends que j’aurais été victime d’une tentative de déstabilisation politique savamment orchestrée avec la complicité d’un directeur de la préfecture de police, proche de Monsieur Valls, Premier ministre à l’époque, et d’un conseiller de Monsieur Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale, tous deux apparemment en coordination étroite. Selon les journalistes, par la disproportion des moyens mis en place et la diffusion immédiate de la nouvelle à toute la presse, le pouvoir aurait voulu instrumentaliser l’action de la police à des fins de manipulation politique.


Je trouve particulièrement ignobles ces méthodes qui consistent à s’attaquer aux enfants d’un opposant politique pour lui nuire. J’ai la nausée de penser que cela peut encore arriver aujourd’hui dans notre pays la France. Ces méthodes en disent long sur le quinquennat écoulé. Non, la politique n’autorise pas tout. Messieurs Hollande, Valls, Bartolone et Cazeneuve doivent rendre des comptes sur les faits relatés dans ce livre, qui s’ils sont avérés, déshonorent la politique et abîment la démocratie.


Parce que je fais confiance aux institutions de la République, j’ai demandé à mon avocat Maître Thibault de Montbrial de saisir la justice et de porter plainte notamment pour atteinte à la vie privée, violation du secret de l’enquête et violation du secret professionnel.

Leave a Comment