Le Grand Paris Express coûterait finalement 35 Mds €, soit 25% de plus que prévu… Et ce n’est sans doute pas fini.

Ce n’est pas ma responsabilité. J’ai refusé de voter en novembre dernier les surcoûts de 8% pour la ligne 14 sud (200 M€). La responsabilité d’un maître d’ouvrage, c’est de maîtriser les coûts et de garder le contrôle du projet. La Société du Grand Paris, c’est l’Etat. Cette dérive sur la 14, comme sur la 15 sud (Noisy-Champ- Pont de Sèvres) met en péril la réalisation des autres lignes du Grand Paris Express. Un exemple, le coût des gares. Dans les autres pays, elles sont totalement autofinancées par la création de bureaux ou la création de commerces. Sur certains tronçons, les gares représentent un tiers du coût de projet de métro.

 

Le Premier ministre a émis des réserves sur certaines lignes, dont la 17 (Saint-Denis -Noisy) qui passera par Roissy alors qu’un autre projet, le CDG Express, desservira lui aussi l’aéroport. N’a-t-on pas vu trop grand ?

Ces deux lignes sont complémentaires. On ne peut pas sacrifier les lignes du quotidien. Le Roissy Express, ce sera une ligne directe pour l’aéroport comme ça existe dans toutes les grandes capitales. Ce n’est pas un transport du quotidien. La 17, ce sera pour les habitants de Seine-Saint-Denis.

Lire l'intégralité de l'interview sur le site du Parisien

Leave a Comment