À lire sur le Figaro 

Par Jean-Marc Leclerc

INTERVIEW – La présidente de la région Île-de-France déplore que la police nationale abandonne des missions et réclame le retour des 350 policiers de terrain retirés du réseau de transport francilien.

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse réagit aux préoccupations sécuritaires exprimées par les Franciliens dans les enquêtes de L’Institut Paris-Région.

LE FIGARO. – La pauvreté, hissée au premier rang des préoccupations des Franciliens, cela vous étonne-t-il?

Valérie PÉCRESSE. - Non. Je ressens la montée de la précarité partout en Île-de-France. Les racines du mouvement des «gilets jaunes» sont profondes. La crise du pouvoir d’achat touche jusqu’aux classes moyennes. Pour les plus pauvres, il y a urgence à agir, déjà, par des mises à l’abri. Songez que 350 sans-domicile fixe vivent, parfois depuis des années, dans le métro. Selon nos enquêtes, 20 % d’entre eux ont une activité. L’appauvrissement des travailleurs est une vraie injustice.

L’insécurité gagne également du terrain. Est-ce l’échec du gouvernement?

Indéniablement, la focalisation des forces de l’ordre sur les manifestations violentes, de samedi en samedi, à Paris, n’a pas facilité le combat contre la délinquance du quotidien. Les seuls transports en commun d’Île-de-France concentrent aujourd’hui 40 % des vols déclarés par les victimes dans la région. La montée spectaculaire des actes commis nous invite à interpeller le gouvernement. Quand nous rendra-t-il les 350 policiers de terrain qu’il a sortis de nos réseaux de transport?

N’allez-vous pas recruter des agents?

Depuis 2015, j’ai financé 785 recrutements supplémentaires de forces de sécurité et de médiateurs dans les transports. Je vais ajouter 250 agents du privé en renfort en 2020, ce qui portera l’effectif total financé par Île-de-France Mobilités à un millier d’agents. Mais à mesure que nous intervenons, la police nationale abandonne des missions, alors que nos agents sont loin d’avoir les mêmes pouvoirs. Le désengagement de l’État est scandaleux!

Des lois ont été votées pour renforcer la répression contre cette forme de délinquance…

Oui. J’ai proposé que les pickpockets et les harceleurs, qui sont tous des multirécidivistes, soient interdits de réseau de transport. L’amendement a été adopté. Il est temps de l’appliquer. Je souhaite également l’augmentation des amendes et l’accès pour les agents de la RATP et de la SNCF à la plateforme de vérification des identités. On attend le décret censé encadrer ce dispositif depuis 2016. Les personnels de sécurité des transports devraient également avoir un droit d’accès au fichier des personnes recherchées.

Mais la justice va-t-elle suivre?

La question de la fermeté de la sanction pénale est au cœur de cette lutte. La région Île-de-France contribue à son niveau à l’effort de justice. Nous allons même désormais participer financièrement à la sécurisation des prisons !

Leave a Comment