Après le Bac, mode d’emploi

    apresLeBac-ModeDEmploi

    Que faire après le bac ? Dans le maquis des formations, au gré des offres ou des envies, que choisir, où aller ? Oser, ne pas oser… L’université ou une prépa, un BTS ou un IUT, une licence classique ou un double diplôme ? Et pour faire quoi, après ?

    Questions cruciales que se pose l’élève de terminale au moment de choisir sa filière post-bac. Et que retrouve, un jour ou l’autre, l’étudiant déjà engagé dans le supérieur.

    Ces questions, Valérie Pécresse a décidé d’y répondre. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pendant plus de quatre ans, elle a accompagné les universités sur le chemin de l’autonomie — une réforme qui a radicalement changé leur visage et leur rôle au sein de l’enseignement supérieur.

    La nouvelle université, c’est une université où tous les choix sont possibles, une université ouverte sur les filières courtes, sur les écoles, une université qui prend toute sa place dans le parcours qui doit conduire l’ensemble des bacheliers à l’emploi.

    Avec Jean-Paul Brighelli, Valérie Pécresse propose aux élèves, aux étudiants et aux parents de les guider dans cet univers en pleine transformation. Nouveau premier cycle universitaire ou nouvelle première année de médecine, mais aussi passerelles après le BTS ou un IUT, ou bien encore classes préparatoires à l’université : autant de possibilités à découvrir avant de choisir.

    Une seule règle : pour prendre la bonne décision, il faut savoir se confronter aux réalités sans renoncer à ses ambitions ni à ses rêves.

    Valérie Pécresse est ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État, porte-parole du gouvernement. Elle a été ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de mai 2007 à juin 2011.
    Jean-Paul Brighelli est professeur de lettres et essayiste. Il a déjà écrit Tireurs d’élites (Plon, 2010) et La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2005).


    Controverses , Université, science et progrès

    controverseScience

    L’une est de droite, l’autre de gauche. De prime abord, tout sépare Valérie Pécresse et Axel Kahn : leur formation, leur parcours, leur famille politique, leur expérience professionnelle, leurs fonctions actuelles et plus de vingt ans d’âge… Pourtant, ils ont au moins un point commun : leur passion pour l’université.

    En tant que ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse s’est attelée à une réforme à haut risque qu’elle entend bien mener à son terme. Président de l’université Paris-Descartes, Axel Kahn se place à la pointe de la mise en oeuvre de cette réforme qu’il approuve dans sa philosophie tout en en contestant certains aspects et certaines méthodes.

    C’est à un dialogue parfois vif que nous invite ainsi cet ouvrage, où plusieurs sujets essentiels sont abordés : réformes, diplômes, emplois, contestation, recherche… S’ils se rejoignent sur l’absolue nécessité de garantir la bonne santé des universités et « éviter la fuite des cerveaux », Valérie Pécresse et Axel Kahn n’ont pas forcément les mêmes priorités. Un vrai débat à un an de la présidentielle, avec des arguments de fond.


    Et si on parlait de vous ?

    etSi

    «En politique, on peut parler avenir, valeurs, grands principes. C'est même une obligation. Mais la vie quotidienne, votre vie quotidienne surtout… mieux vaut éviter ! Cette vision n'est pas la mienne. La politique doit vous parler de vous, de vos problèmes, des mille et un petits défis que vous devez résoudre au quotidien.

    Et la vraie grandeur de la politique, c'est de faire plus que d'en parler : c'est de vous apporter des solutions, c'est de faire la révolution de la vie quotidienne. Alors, quel oeil neuf puis-je apporter ? Quelle expérience, quelle volonté, quel tempérament, quelles convictions ? C'est en lisant ces pages, sans fard et sans détours, que je vous invite à le découvrir.»


    Etre une femme politique… c’est pas si facile !

    etreUneFemmePolitique
    Valérie Pécresse raconte le quotidien d’une femme politique de la nouvelle génération. Hier conseillère à l’Elysée, aujourd’hui députée, porte-parole d’un grand parti… et mère de trois enfants : le job n’est pas de tout repos !
    «Je m’intéresse à la vie de tous les jours et je l’assume. Parler des femmes, du travail, de la pauvreté des enfants, de l’éducation ou de l’environnement, ce n’est pas évoquer des sujets secondaires. C’est parler de l’essentiel. Ce sont ces sujets qui sont au coeur de nos vies.»
    À partir de situations vécues, Valérie Pécresse exprime ses convictions d’élue éprise de justice et de mixité. Sans éluder les sujets qui fâchent – homoparentalité, voile, conflits de générations -, sur lesquels elle formule des propositions concrètes pour mieux «vivre ensemble».
    Si ses idées ont parfois été jugées féministes ou trop sociales, nombre de ses propositions figurent à présent dans le programme de son parti pour l’élection présidentielle.

    Née en 1967, diplômée d’HEC et de l’ENA, Valérie Pécresse entre au Conseil d’Etat en 1992. Chargée de mission au cabinet du président de la République en 1998, députée des Yvelines depuis 2002, rapporteure de la mission parlementaire sur la famille et les droits de l’enfant, elle est porte-parole de l’UMP depuis 2004.