Immigration, école, écologie…, les propositions chocs de Pécresse

Interview de Valérie Pécresse dans Le Point le 18 août 2021
Valérie Pécresse : « Je suis 2/3 Merkel et 1/3 Thatcher »
18 août 2021
Interview de Valérie Pécresse dans Le Figaro le 24 août 2021
Valérie Pécresse : « Une grande politique familiale, vite ! »
24 août 2021
Interview de Valérie Pécresse dans Le Point le 19 août 2021

À lire également sur Le Point

Dans notre grand entretien, la candidate а la présidentielle a dévoilé une partie de ses mesures si elle accédait à l’Élysée en avril prochain. Tour d’horizon.

Stopper l’immigration actuelle et réussir l’intégration Regardons du côté du Danemark ou de l’Allemagne. Les Danois nous ont inspiré la « flexi-sécurité » sur le droit du travail, ils doivent être une source d’inspiration également sur les questions de séparatisme. Je l’ai dit au Président de la République : le séparatisme est d’abord urbain. Il faut une stratégie de peuplement pour lutter contre les ghettos, les éradiquer en interdisant de construire plus de 30% de logements très sociaux par quartier. En dix ans, c’est possible. L’intégration passe d’abord par la langue. La carte de séjour devrait être soumise à l’apprentissage obligatoire du français: aujourd’hui c’est 100 h de cours sans contrôle de niveau à la fin. Faisons comme en Allemagne, avec 600h et une évaluation finale, qui conditionne le titre du séjour ! Pour les enfants: il faut fixer un plafond de non francophones par classe, pour garantir la qualité des apprentissages. Instaurer un examen d’entrée en 6e pour vérifier la maîtrise du français et des fondamentaux en mathématiques et mettre en place des cours de soutien renforcés pour les élèves en difficultés scolaires. Il faut enseigner avec fierté notre récit national et les valeurs de la République -laïcité, égalité femmes- hommes-. Rétablir les bourses au mérite pour les élèves méritants et pour les non bacheliers qui veulent reprendre leurs études. Réussir l’intégration est une nécessité pour la survie de notre nation. Nous devons en parallèle stopper l’immigration incontrôlée avec des détournement systématiques (droit d’asile, mineurs non accompagnés, tourisme médical etc…), instaurer une immigration choisie avec des quotas par métiers et par pays sur la base d’une immigration de travail. Il faut renforcer et contrôler les conditions du regroupement familial: les bénéficiaires doivent pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles. L’accès aux prestations sociales doit être conditionné à cinq ans de séjour régulier. Il faut supprimer les aides sociales aux clandestins (demi-tarif dans les transports par exemple), et recentrer l’aide médicale d’Etat sur la médecine urgente.

Rénover et Réorganiser la justice de fond en comble

La justice doit juger vite et sanctionner efficacement. Elle doit désormais être réorganisée pour donner la priorité dans tous les domaines (civil, pénal, administratif…) aux dossiers les plus importants et accepter de dejudiciariser des contentieux de masse qui saturent ses audiences. Nous sommes en sous-effectifs chronique par rapport aux autres pays et nous manquons de places de prison. Il faut recruter des greffiers et créer un corps de juristes assistants. Un juge doit pouvoir conduire une vraie équipe. En matière pénale, les victimes attendent des comparutions immédiates ou à délai rapproché systématiques pour les flagrants délits, et des peines exécutées sans délai pour redonner du sens à la sanction et mettre un terme au sentiment d’impunité. Les Britanniques, dans le pays de l’habeas corpus, ont revu toutes les procédures judiciaires pour les simplifier. Sans attendre la construction de nouvelles prisons je propose de créer des centres correctionnels fermés. On prend des bâtiments existants. On y incarcère avec un bracelet électronique des condamnés à des courtes peines pour en finir avec l’aménagement de peines systématique pour les condamnés de moins d’un an. Renvoyer un délinquant dans son quartier avec un simple bracelet électronique, c’est une provocation pour les victimes. Ces centres correctionnels fermés ressembleront à des prisons mais sans miradors, sans les normes et les délais de construction d’une prison. Le condamné est vraiment sanctionné et mis hors d’état de nuire. Il est soumis à une peine d’enfermement et éloigné de son quartier.

Une nation éducative pour refonder l’école Il faut un sursaut national pour l’école, et en premier lieu rétablir le respect du professeur. La chaîne d’autorité commence à l’école. Les élève perturbateurs qui sont exclus d’un établissement ne doivent pas être réinscrits automatiquement dans un autre. Il faut les envoyer dans des établissements spécialisés, à encadrement renforcé, au moins pendant un an. Et s’il faut recruter pour faire la discipline, nous recruterons. Attention, pas des enseignants, car ce n’est pas leur mission, mais des surveillants. Les parents doivent également être financièrement responsabilisés en cas d’absentéisme scolaire répété de leur enfant. Je veux créer une réserve nationale éducative de professeurs retraités en cumul emploi retraite pour donner des cours de soutien et lutter contre le décrochage scolaire. Je souhaite aussi mettre en place des collèges et lycées totalement autonomes avec des chefs d’établissement qui choisiront leurs professeurs. Ce seraient des externats d’excellence, avec une offre pédagogique renforcée, qu’on ouvrirait dans les territoires où il y a soit pénurie d’enseignants, soit le plus d’échecs scolaires. Je souhaite que toutes les entreprises de moins de 10 salariés puissent prendre des apprentis avec une exonération totale de charges patronales, pour participer aussi à cette Nation éducative.

Une France libérée des énergies fossiles Pour atteindre l’objectif d’une France zéro carbone en 2050, nous devons développer une stratégie volontariste d’indépendance énergétique. Il faut réinvestir dans l’énergie nucléaire, une filière d’excellence française, et développer les énergies renouvelables. S’agissant du nucléaire, il faudra notamment rénover nos installations, relever le défi industriel des EPR, envisager la piste des petits réacteurs modulaires… Il est indispensable de diversifier nos sources d’énergie, notamment renouvelables, en poursuivant les investissements sur le stockage (barrages, batterie…) et la recherche/l’expérimentation sur l’hydrogène. S’agissant de l’éolien, il faut associer les habitants et édicter des zones de protection de nos espaces naturels remarquables et de nos zones de pêche. Pour décarboner la consommation des ménages, je mise sur des incitations financières plutôt que des taxes (remplacement des véhicules ou des chaudières polluants). Les transports en commun devront être « dédieselises » partout à l’image de ce que j’entreprends en Ile-de-France. L’aéronautique sera soutenue pour faire sa mue technologique.