Mes propositions pour revaloriser le travail


« La première dignité, c’est celle de pouvoir vivre de son travail. »

Valérie Pécresse, Discours de Brives-la-Gaillarde, 28 août 2021. Consulter le discours.

  • Augmenter dans les 5 ans les salaires nets inférieurs à 2,2 SMIC de 10%, hors inflation. Le basculement des cotisations vieillesse salariales vers les entreprises représentera déjà une hausse de 8,3% du salaire net. L’Etat compensera les entreprises à hauteur des 2/3 de leurs coûts et négociera le tiers restant avec elles dans le cadre d’une conférence salariale et sociale annuelle.
  • Mobiliser tous les leviers disponibles pour financer cette hausse des salaires nets : poursuite de la réforme de l’assurance chômage en renforçant la dégressivité des allocations pour inciter à reprendre un travail ou une formation plus tôt, lutte accrue contre les fraudes sociales et fiscales, conclusion d’accords donnant/donnant avec les entreprises avec plus de flexibilité pour négocier la flexibilisation du temps de travail.
  • Organiser une conférence sociale et salariale annuelle avec les syndicats et les entreprises.
  • Garantir pour ceux qui auront travaillé toute leur vie, dans le cadre de la future réforme des retraites, une pension d’au moins un SMIC net par mois (soit une augmentation de 25%).
  • Refuser le RSA jeunes, ou contrat d’engagement, mais créer un Revenu Jeunes Actifs, attribué aux jeunes qui acceptent de se former dans des métiers en tension.
  • Mieux associer le travail au capital en se fixant comme objectif que 10% du capital des sociétés cotées soient détenus par leurs salariés, sur 5 ans. Les entreprises non cotées devront aussi suivre le mouvement.